Velkommen til "Norvege-fr.com"

dimanche 28 novembre 2021
-2.9 C
Oslo

Procès : Breivik contre l’État norvégien

Il y a tout juste un an, le tueur d’extrême droite norvégien Anders Behring Breivik, portait plainte contre l’État norvégien pour atteinte aux droits de l’homme. Son procès qui s’ouvre ce mardi aura lieu jusqu’à vendredi dans le gymnase de sa prison de Skien, au sud-ouest d’Oslo.

L’auteur des attentats du 22 juillet 2011 souhaite sortir de l’isolement et être au contact des autres prisonniers. Il estime que les conditions de détention vont à l’encontre de l’article 3 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme. Il est précisé dans cet article que personne ne doit être détenu dans des conditions inhumaines ou dégradantes.

Son courrier est censuré par les autorités de la prison pour l’empêcher d’établir un « réseau extrémiste« , selon les autorités. Quant à ses visites, qui sont rares, sont presque exclusivement avec des professionnels derrière une cloison de verre.

L’avocat de Breivik, Oystein Storrvik a déclaré que son client était « très stressé en raison de son isolement« . « Maintenant qu’il a cessé d’étudier, l’isolement est néfaste pour sa santé psychologique. » Mais selon NRK, les médecins qui suivent Breivik en prison devraient témoigner qu’il ne souffre nullement des conditions de détention et que de sa santé mentale n’est pas altérée.

Le bureau du procureur général, cependant, a insisté sur le fait que les conditions de détention de Breivik sont « bien dans les limites de ce qui est permis » en vertu de la Convention. En prison, Breivik dispose de trois cellules, l’une de vie, l’autre d’études et la troisième pour les exercices physiques, avec un téléviseur, un ordinateur (sans internet) et une console de jeux. Il peut cuisiner et laver son linge.

Le 24 août 2012, il est reconnu responsable de ses actes et condamné à la peine maximale, soit 21 ans de prison. Pendant dix ans, il ne peut demander de libération conditionnelle. Si, au bout des 21 ans, il est encore considéré comme dangereux, la peine peut être prolongée. Après sa condamnation, il adressa de nombreuses lettres aux personnes qui le soutenaient, et à la presse. Suite à une décision en Décembre 2013, il est privé de correspondance par l’administration pénitentiaire norvégienne. Il avait comme projet de créer un parti fasciste transeuropéen depuis sa prison pour se reconvertir dans la politique.

Le procès représente un nouveau test pour l’État de droit norvégien, salué pour la dignité et le sérieux du procès Breivik en 2012, loin de toute justice d’exception ou à spectacle.

Près de cinq ans après la tragédie, la Norvège tente d’oublier le nom de l’homme qui les a profondément marqué. Les médias font souvent référence à lui comme « terroriste » ou « le tueur d’enfants« .

Pendant le procès, le témoignage de Breivik ne sera pas filmé par respect pour les familles des victimes, et pour l’empêcher d’envoyer des signaux à ses partisans.

Source de l’information : The Local

Copyright photo : inconnue

- Publicité -

Réseaux sociaux : Suivez-nous !

- Publicité -
Photo par © Oslo Havn
Oslo
couvert
-2.9 ° C
-2.9 °
-2.9 °
69 %
2.9kmh
100 %
dim
-1 °
lun
-3 °
mar
-3 °
mer
-5 °
jeu
-3 °

Dernières actualités

- Publicité -

Tourisme : à voir !

sur le même thème

Actualité / à la Une

Français English Norsk bokmål